Formation en poste édtiion 2017 : Un cadre de partage d’expériences entre enseignants Burkinabè et Canadiens

jeudi 10 août 2017
par Olivier Kima
popularité : 63%

Du 17 au 28 juillet 2017 s’est tenue dans la salle polyvalente du lycée Marien N’Gouabi à Ouagadougou (Burkina Faso), la 8ème édition de la formation en poste au profit des militantes et militants du Syndicat National des Enseignants Africains du Burkina (SNEA-B) et du Syndicat National des Enseignants du Secondaire et du Supérieur (SNESS). L’édition 2017, placé sous le thème « pour une éducation de qualité, renforçons nos capacités » a vu la participation de 130 enseignantes et enseignants du primaire et secondaire.

Pour la petite histoire, la formation en poste, dénommée autrefois formation d’outre-mer, dont la première édition a eu lieu en 2006 (interrompue en 2011 et reprise en 2016) est une initiative de la Fédération Canadienne des Enseignantes et Enseignants (FCE) en collaboration avec le syndicat national des enseignants africains du Burkina (SNEA-B) et le syndicat national des enseignants du secondaire et du supérieur du Burkina Faso (SNESS). Elle a pour objectif général d’outiller pédagogiquement les candidates et candidats aux examens et concours professionnels de l’enseignement primaire et secondaire. Cette formation professionnelle est également un tremplin pour une meilleure prise en charge pédagogique et éducative des élèves. A cet effet, des modules de pédagogie générale et de didactiques disciplinaires de français, d’anglais, de calcul, de dessin, de sciences de la vie et de la terre et une thématique liée à l’éducation inclusive ont été dispensées en vue du renforcement des capacités professionnelles des militantes et militants des deux syndicats.

Entre autres objectifs également, il s’agit de renforcer le brassage culturel et le partenariat scientifique et technique entre les deux peuples amis du Canada et du Burkina Faso, de partager les expériences entre formatrices/formateurs et enseignantes/enseignants des deux sous-systèmes éducatifs à savoir l’enseignement primaire et celui secondaire, et enfin, de resserrer les liens entre la FCE, le SNEA-B et le SNESS, et partant, de contribuer à la consolidation du tissu syndical national et international.

« Nous sommes là pour partager nos expériences, nos vécus et pour appuyer nos collègues burkinabè et également apprendre beaucoup d’eux », a souligné la représentante de la délégation canadienne, Jessica Kornder, à la cérémonie d’ouverture. Au nom du SNEA-B et du SNESS, Anatole Zongo, secrétaire général du SNESS s’est exprimé en ces termes : « Nous attendons de la présente session de formation un cadre réussi d’échanges fructueux. Ce cadre devra permettre aux enseignantes et enseignants d’éviter dans leurs tâches quotidiennes, la routine, en vue d’être des enseignantes et enseignants performants, capables d’innover, d’anticiper, de remettre sans cesse en cause leurs attitudes et méthodes, d’actualiser régulièrement les contenus et de participer activement aux changements des principes, qui guideront les pas de notre système éducatif ».


Agenda

<<

2021

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Condition d’obtention d’un passeport burkinabé

Le passeport ordinaire est délivré par la Direction Générale de la Police Nationale à travers la Division de la Migration sise à Gounghin. Pour l’obtention d’un passeport, il faut constituer un dossier composé des pièces ci-dessous à déposer à la Division de la Migration tous les matins du lundi au vendredi.

Composition du dossier d’une demande de passeport Pour les majeurs

1. Une copie légalisée de l’acte de naissance

2. Une copie légalisée du certificat de nationalité Burkinabé

3. Une copie légalisée de la CNIB

4. Un casier judiciaire en cours de validité

5. Un timbre de 200FCFA

6. Trois(03) photos d’identité (format passeport)

7. Un document justifiant votre profession

8. La somme de cinquante mille (50.000F) CFA pour les frais d’établissement Pour les femmes mariées qui désirent porter le nom de leurs conjoints sur le passeport, il faut joindre une copie légalisée de l’acte de mariage aux pièces citées ci-dessus.

Pour les mineurs

1. L’acte de naissance de l’enfant

2. Le certificat de nationalité de l’enfant

3. Une autorisation parentale

4. Document d’identité des deux parents (si le mineur réside au Burkina Faso) ; dans le cas contraire, il faut un titre de séjour des deux parents. Dans ce cas, l’autorisation parentale n’est plus nécessaire.

5. Un timbre fiscal de 200 f plus la somme de 50000f

6. Trois(03) photos (format passeport)

Pour les militaires et paramilitaires, il faut joindre un certificat de présence au corps précisant l’établissement d’un passeport.

NB : La durée d’établissement est de soixante-douze heures (72h) ouvrables si le dossier est régulier.

- Mais en cas d’insuffisance de stocks le délai peut varier en fonction de l’urgence.

- Eviter de passer par des intermédiaires.


Brèves

22 janvier 2016 - Recyclage des responsables de gestion des sites syndicaux

Afin de renforcer les compétences des animateurs et administrateurs des sites des syndicats de (...)

24 juillet 2013 - Seminaire de formrtion Internationale de l’éducation

Les 24, 25, et 26 juillet 2013, se tient à Ouagadougou, à l’hôtel palm beach un atelier sur la (...)

29 juillet 2011 - FORMATION EN POSTE EDTION 2011

Du 11 au 22 jullet 2011 s’est tenue à Ouagadougou au lycée professionnelle Dr BRUNO BUCHWESSER la (...)